Accueil Arènes de Béziers Les arènes de Béziers
Haut de page
Actualites

Actualités

ENRIQUE PONCE CHEZ ROBERT MARGE

De retour de Nîmes après son triomphe de la corrida finale et désireux de préparer sa corrida de Mont-de-Marsan où face aux toros de Robert Margé il donnera, l’alternative à Mathieu Guillon, Enrique Ponce a fait escale au Domaine des « Monteilles ».

Visite de courtoisie certes, mais étape de travail aussi avec la tienta avec Mathieu Guillon devant 4 vaches captivantes pour l’aficionado et dont deux vont se révéler exceptionnelles dans la muleta du maestro.


Epoustouflantes démonstrations ponctuées par les acclamations de sa cuadrilla et sous le regard pétillant du ganadero qui sera lui même largement applaudi par Enrique Ponce en personne planté bien droit au centre de la petite arène de tienta.
Emouvant hommage au ganadero, vraie reconnaissance du travail accompli, c’est Enrique Ponce dans toute sa splendeur. C’est aussi cela le vrai professionnalisme.

C’est certain il fallait la science d’un grand maestro pour révéler les qualités de bravoure et de noblesse de ces deux grandes becerras mais quelle classe instinctive dans les charges longues et douces pigmentées de cette hargne sauvage qui est le plus qui fait les reproductrices de qualité.

Avec ses deux partenaires Mathieu Guillon n’a point démérité, mais qui en de telles circonstances est capable de rivaliser avec un tel maestro.
Enrique avec sa gentillesse coutumière s’est plu à conseiller à de nombreuses reprises le futur matador.
Gestes à l’appui il traçait dans l’air des « Monteilles » des séquences parfaitement adaptées aux réactions des jeunes vaches dont la caste trop vive compliquait parfois le jeune torero.
Mathieu Guillon conscient de ce cours de tauromachie improvisé arriva à mettre en pratique les leçons dictées et d’un coup le geste devint plus précis et la faena campera gagna en intensité. Mathieu décomplexé retrouvait sa tauromachie.
Que du bonheur pour les quelques privilégiés, spectateurs éphémères de ces moments rares et parfois magiques que seule l’intimité du campo sait apporter quand la communion se fait entre un immense torero et un animal de grande race.

Enrique Ponce avec Robert Margé.(Photo Pierre Saliba Midi Libre)

Enrique Ponce dans ses œuvres. (Photo Pierre Saliba Midi Libre)

Mathieu Guillon. (Photo Pierre Saliba Midi Libre)
Retour à la liste des actualités