Accueil Arènes de Béziers Les arènes de Béziers
Haut de page
Actualites

Actualités

HISTOIRE DES MANO A MANO BITERROIS

Depuis la reprise d’après guerre en 1946, divers mano a mano ont émaillé le programme des manifestations taurines biterroises.
Retour sur ces duels devenus de plus en plus à la mode.

C’est le 14 juillet 1951 que Béziers va donner, dans cette période, ce premier duel qui dans les arènes du Plateau de Valras opposera R.Fuentes au novillero local Raoul Albert dit
« Raoulet », le bétail provient du ganadero portugais Claudio Moura.
Cette forme de course s’avéra sans lendemain puisqu’il fallut attendre 20 temporadas pour retrouver trace d'un autre mano a mano dans la Séville française.

Par suite du forfait d’Antonio Ordoñez, qui décida subitement de mettre un terme à sa carrière, la course du 15 août 1971 se transforme en face à face entre Paco Camino et Francisco Rivera "Paquirri". Tous deux vont se livrer entièrement devant 5 toros de Juan Pedro Domecq et un sobrero d’Ana Romero.
Bilan 1 oreille, 2 oreilles et vuelta pour le premier et 6 oreilles et une queue pour un Paquirri étincelant qui à l’occasion de cette présentation à Béziers décrochait un triomphe qui allait en appeler bien d’autres.

Le 14 juillet 1990 c’est sous forme d’une corrida goyesque qu’est donné un nouveau mano a mano entre José Maria Manzanares et Roberto Dominguez pour du bétail de Torrestrella hélas faible et de petite race.

José Maria Manzanares remplace Espartaco face à César Rincon le 16 juillet 1995. Les toros de Manolo Gonzalez vont compliquer les débats, Rincon recevant l’unique trophée de la soirée.

Les Miura du 17 août 1997 vont arbitrer l'excellente rencontre entre Richard Milian et El Fundi. Le madrilène (2 oreilles) laisse au français la grosse part du triomphe avec 4 oreilles.

La saison 1999 verra trois mano a mano. César Rincon opposé le 20 juin à Manuel Caballero devant des toros d’Alcurrucen. C’est Caballero avec deux fois une oreille qui relèvera le niveau d’une corrida ventée.
Puis, suite au forfait d’Espartaco, le 12 août Enrique Ponce croise le fer avec El Juli qui empoche l’unique trophée au cœur d'une arène totalement pleine face au bétail de peu de jeu de Jandilla.
C’est le 15 août 1999 qui restera une des journées marquantes de la tauromachie locale avec le mano a mano opposant Juan Bautista à Sébastien Castella. Le deux novilleros vont jouer une quelconque suprématie avec pour partenaires de suaves novillos de Juan Pedro Domecq.
1 oreille, 2 oreilles et ovation pour l’arlésien, le biterrois coupant l’oreille de chacun de ses opposants et tous deux sortiront en triomphe aux côtés du mayoral de la ganaderia.

Pour l’ouverture de la féria, le 11 août 2001 José Tomas est annoncé à l’affiche avec Enrique Ponce et Sébastien Castella, recopiant ainsi le cartel de l’alternative reçue l’année précédente par le jeune torero biterrois.
Tomas n’étant pas rétabli d’une forte blessure, Robert Margé décide de donner la course sans remplaçant. Hélas les toros de Nuñez del Cuvillo sortent faibles mais abandonnent deux fois une oreille à Ponce, Sébastien obtenant un trophée au dernier toro.

El Fundi et Denis Loré se trouvent opposés pour l’ultime rendez-vous de la saison 2004. C’est le 15 août, les Miura sont lourds, armés et quatre très difficiles à tromper. La course est intéressante pour les aficionados. Le mayoral sera invité à saluer alors que le Fundi coupe trois oreilles et le matador nîmois deux.

En 2007, le 12 août, César Rincon donne sa corrida d’adieux au public biterrois avec pour partenaire Sébastien Castella. Les toros d’El Pilar gênent le colombien qui écoute beaucoup de silences. Castella lui est royal au cours de ses trois combats, 1 oreille, 2 oreilles, 2 oreilles et la queue pour un triomphe d’envergure salué unanimement par ses concitoyens.

C’est sous le signe d’une quelconque revanche qu’est placée la journée du 14 août 2009.
Le mano a mano 100% français entre Juan Bautista et Sébastien Castella arbitré par les toros de Robert Margé alimente la chronique depuis de longs mois. La race piquante des produits du Directeur des arènes apporte du piment aux débats. Jean-Baptiste écoutera par deux fois le silence et coupera les deux oreilles de son second Margé. Sébastien animera la course avec deux oreilles, une grande ovation et un trophée au dernier toro.

Le 18 août 2013 ce sont Fernando Robleño (1 oreille, vuelta et 1 oreille) et Javier Castaño (ovation, silence et 2 oreilles) qui sont opposés en duel face aux respectables Miura dont plusieurs exemplaires font preuve d'une surprenante noblesse. DB.

15 août 1999 avant le paseo Jean Baptiste et Sébastien entourant Robert Margé.

Retour à la liste des actualités